Grand canyon ( Merveilles du monde ) Merveilles-monde.com   |  Ajouter aux favoris
Merveilles du monde
Merveilles du monde » Grand canyon

Grand Canyon

En Arizona, au nord-ouest des États Unis, se découpent les paysages incroyables du Grand Canyon. Creusé par le sillage du fleuve Colorado, il étend son gigantisme et ses reliefs abrupts dans un décor à couper le souffle.



Historique :
Cette exubérance de la nature n’est pas née d’hier. Façonné par presque deux milliards d’années d’épisodes géologiques, les eaux du Colorado ont sculpté le sol au fil des siècles, méthodiquement, couche après couche. Sur 446 km de long et plus de 29 de large, sa profondeur est de 1 800 m à certains endroits. Ici, l’eau et le temps ont édifié des cathédrales naturelles, des falaises vertigineuses aux nuances ocre et terreuse, sur lesquelles l’on peut observer les stries de son évolution. De couleur verte, brune, jaune, rouge, l’accumulation des sédiments et des fossiles est un ravissement pour ceux qui traversent la région.

Le fleuve s’est frayé un chemin, laissant son empreinte millénaire partout sur son passage. Sur son tracé d’aujourd’hui, l’érosion continue, scrupuleusement, lentement, inexorable. Les précipitations, assez faibles dans la région, entretiennent le caractère aride de l’ensemble. Faille immense, le Grand Canyon embrasse l’horizon, sculpture naturelle d’une grande beauté.

Les vestiges d’une présence humaine dans le Grand Canyon datent d’il y a 12 000 ans, à l’époque paléo-indienne. Le peuple des Archaïque du Désert vécut ici, comme en témoignent les figurines et objets retrouvés dans les grottes alentour.

Puis vinrent les Anasazi, dont certaines habitations troglodytes et pétroglyphes subsistent. Leurs descendants sont les Indiens Hopi et Zuni, plus connus sous le nom de « Pueblos » et sédentaires. Les Indiens Havasupai, qui se traduit par « peuple des eaux bleu vert » sont considérés comme les habitants originels du Grand Canyon, contribuant à entretenir la mythologie qu’il y règne. Ils racontent l’histoire de leurs ancêtres, arrivant sur place et craignant que la terre ne se referme sur eux, osant à peine pénétrer dans le lit du fleuve. Plus au nord, les Indiens Hualapai, qui signifie « peuple des grands pins », organisent leur vie sous un mode semi-nomade.

Ce sont les conquistadors espagnols qui découvrirent la région vers 1 540 puis envoyèrent des missionnaires évangéliser les autochtones. Assez peu fréquentée pendant des siècles, la Conquête de l’Ouest taille des routes vers des sites jusqu’alors inconnus. La première descente du Colorado est effectuée en 1869, par Powel, qui décrit un site d’une telle magnificence qu’il incitera vite les géologues et autres chercheurs à se rendre sur place. De plus en plus visité, la nécessité de protéger ce lieu extraordinaire s’impose rapidement et un parc national est créé en 1919, même si des barrages sont édifiés dans les années qui suivent.

De nombreuses légendes, affabulations et vérités marquent l’histoire du Grand Canyon. Il semble que la région fut le foyer d’une civilisation cyclopéenne. Elle aurait aussi abrité des cultes très spéciaux, rendant hommage à des idoles à la physionomie du Bouddha, dont il resterait d’improbables souvenirs dans une citadelle enfouie, proche du Canyon Marble. D’autres comparent ses paysages aux pyramides d’Égypte, les soupçonnaient de retenir en leurs entrailles quelques momies géantes.

Site sacré pour les tribus amérindiennes, qui croient en la naissance du premier homme depuis un trou nommé « sipapu » situé ici, dans les entrailles de la Terre, le Grand Canyon recèle mille trésors.

Le Grand Canyon est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979. Plus de 6 millions de personnes le visitent chaque année, s’émerveillant de son décor et de ses panoramas impressionnants.

Visite :
Musée géologique grandeur nature, le Grand Canyon déploie ses paysages majestueux sur des centaines de kilomètres. Étonnant par ses grottes, ses formations rocheuses et ses fossiles, la faune et la flore qui s’y épanouit bénéficient des écosystèmes de la région. Plus de 1 500 espèces de plantes, 89 espèces de mammifères, 355 espèces d’oiseaux, 17 espèces de poissons en ont fait leur habitat idéal. Pour apprécier le caractère imposant du site, il faut prendre le temps de le visiter, de s’arrêter, d’attendre le lever du soleil, de s’asseoir pour le voir se coucher, flamboyant sur les parois et les falaises.

Il faut marcher, respirer, plonger son regard dans les failles, oser avoir le vertige, se sentir tout petit, contempler le silence, sortir des sentiers battus. À pied, à vélo, en voiture, à moto, en raft, à dos de mule, en hélicoptère, chacun choisira le moyen qu’il souhaite pour l’explorer, de ses plus hauts plateaux, à sa vallée la plus profonde, avec une vue plongeante ou en plein cœur de ses territoires enfouis. Les panoramas se succèdent à l’infini, là où la terre ne semble jamais s’arrêter. Il abrite des grottes, des méandres, des villages, et possède la particularité d’offrir des randonnées dans lesquelles l’on descend avant de remonter.

Attention à ne pas se laisser emporter trop loin, dans l’allégresse de la descente. Les températures peuvent monter à 40° l’été. Des panneaux « danger de mort » fleurissent pour décourager les imprudents. Des passerelles ont été conçues pour offrir des sensations fortes aux visiteurs. C’est le cas de la Skywalk, en verre, qui offre une promenade vertigineuse à 1 300 mètres au-dessus du vide.

La rive sud du Grand Canyon est accessible toute l’année grâce aux deux routes qui la desservent, la South Rimet la Desert View Drive. L’on arrive au Grand Canyon Village, haut lieu touristique pour séjourner et visiter selon la formule choisie. La rive Nord, très sauvage, ouverte de mai à octobre, ne reçoit que 10 % des visiteurs du Parc, avec seulement deux possibilités de logement, une alternative qui ravit solitaires et aventuriers.

Hogi Point, Mohave Point, Grandview Point, Lipan Point, Desert view, le Grand Canyon égrène ses points de vue tous plus saisissants les uns que les autres.

Merveilles du monde » Grand canyon