Sainte Sophie ( Merveilles du monde ) Merveilles-monde.com   |  Ajouter aux favoris
Merveilles du monde
Merveilles du monde » Sainte Sophie

Sainte Sophie

La basilique Sainte Sophie est située à Istanbul en Turquie. Elle a la particularité de s’être transformée d’abord en Mosquée au XVe siècle, avant de devenir un Musée depuis 1934. Elle fait partie d’une zone historique classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.



Historique :
La première basilique édifiée pour rendre hommage à la sagesse divine, se traduisant en grec par Haghia Sophia, fut le fait de l’empereur Constantin en l’an 325. À Constantinople, il choisit pour l’ériger l’emplacement exact où s’élevaient autrefois les temples païens de l’ancienne Byzance. Dans les siècles qui suivirent, elle fut agrandie, incendiée, reconstruite plusieurs fois, pour cause de rivalités politiques. Après 532 l’empereur Justinien entreprend de la rebâtir avec plus de magnificence encore que ses prédécesseurs. C’est à lui que l’on doit la basilique telle qu’elle s’impose aujourd’hui.

La légende raconte qu’un ange lui souffla le plan de sa divine construction et qu’il en coula les premières fondations. Pour accomplir son œuvre architecturale magistrale, il fit venir de toutes les provinces de son empire les matériaux et les pierres les plus précieuses pour l’ornementer. Les temples grecs fournirent un grand nombre de colonnes et du marbre profusion. Huit colonnes de brèche verte arrivèrent d’Éphèse, et huit autres en porphyre depuis Rome. Il n’hésita pas à dépouiller Athènes, Délos en Grèce, mais aussi les temples d’Isis et d’Osiris en Égypte. Des milliers d’ouvriers travaillèrent ici surveillés de près par l’Empereur.

Achevé en 538, le monument fut inauguré dans la splendeur et le faste, surpassant l’œuvre de Salomon dans l’esprit de tous. Les séismes qui secouèrent le pays quelques siècles plus tard, causèrent de gros dégâts, mais la basilique fut toujours restaurée avec la même ferveur, dans le plus pur style byzantin. En 1453, la ville de Constantinople tombe aux mains des Ottomans. Qu’à cela ne tienne, la basilique, lieu de culte et de rituel, empreint de religiosité, devient Mosquée, ce qui lui épargne bien des pillages en vogue à l’époque. On lui ajoute de magnifiques minarets et son soutènement est renforcé.

Tous ceux qui régneront ici n’auront de cesse de l’embellir, bien conscients de posséder un trésor. Les sultans enrichissent ce sanctuaire de leurs collections et acquisitions personnelles. Véritable chef-d’œuvre décoratif et architectural, sa conception est telle que la lumière pénètre de toute part. En 1934, Atatürk, premier président de la République de Turquie décide de lui offrir le caractère universel auquel elle aspire et la transforme en musée. Régulièrement malmenés par les tremblements de terre qui perturbent la région, la restauration et l’entretien sont constants.

Ayasofya, comme elle est surnommée ici, est un monument incontournable d’une grande richesse. Elle bénéficia des multiples influences qu’elle expérimenta depuis l’antique Constantinople jusqu’à la trépidante et actuelle Istanbul.

Sainte Sophie, libérée des cultes dont elle fut l’incarnation, figure l’un des sites les plus connus de la Turquie avec plus de 3,5 millions de visiteurs chaque année.

Visite :
Sainte Sophie est aujourd’hui un musée qui raconte une grande partie de l’histoire de la Turquie. Son édifice fut construit dans le plus pur art byzantin du temps du faste de Constantinople, avec une grande quantité de pièces issues des temples de Grèce et d’Égypte. Souvent incendiée, détruite, reconstruite, elle fut transformée en Mosquée au milieu des années 1 400. L’atmosphère qu’il y règne rend compte de la ferveur religieuse et des différents cultes qu’elle abrita.

Elle est une merveille architecturale incontestable, arborant coupoles, dômes, minarets et contreforts, fierté de la Turquie. Aussi intéressante à visiter extérieurement qu’intérieurement, elle offre un rendez-vous culturel, spirituel et artistique de tous ceux qui se rendent dans la capitale. Un heureux mélange d’influences chrétiennes et musulmanes tant dans le décor que dans les pièces d’art qui sont exposées ici. Les murs sont recouverts de marbres, de mosaïques, et de fresques représentant les saints et des passages de la Bible.

Les salles se succèdent, et l’on se rappelle les grands souverains qui l’édifièrent. L’architecte Ottoman Sinan conçut les tombeaux qui se trouvent dans la cour de Sainte Sophie, dont celui de Selim, père de Soliman le Magnifique. Des édifices qui figurent des petites mosquées sont placés çà et là des jardins, dans lesquels les fontaines servaient autrefois aux ablutions avant la prière. La nuit tout le site s’illumine, apportant une impression enchanteresse à la colline sur laquelle Sainte Sophie est édifiée.

La visite offre un dépaysement total, notamment pour les Européens et les Américains, peu habitués au mélange des genres et aux splendeurs byzantines. Il est préférable de s’y rendre en semaine, car les week-ends, les Turcs se pressent aussi ici pour déambuler sur les pas de l’histoire de leur pays. Au centre de nombreuses controverses il est parfois question que le musée redevienne une mosquée, pour servir la ferveur musulmane qui n’a jamais failli ici, comme en témoigne la mosquée bleue, autre merveille conçue en s’inspirant de Ste Sophie.

Istanbul est une ville riche de son passé, parsemée de lieux mythiques et de monuments où soufflent toutes sortes d’influences, orientales et occidentales.

Merveilles du monde » Sainte Sophie