Cité perdue d'Angkor ( Merveilles du monde ) Merveilles-monde.com   |  Ajouter aux favoris
Merveilles du monde
Merveilles du monde » Cité perdue d'Angkor

Cité perdue d'Angkor

Cité archéologique monumentale, Angkor, située près de la ville de Siem Reap, fut la capitale des Khmers, au Cambodge, du IXe au XVe siècle.



HISTORIQUE
Bâtie sur une nécropole datant de 1800 ans av. J.-C., par le royaume khmer qui érige ce site grandiose, afin d'ancrer au cour du pays son gigantesque empire et sa toute-puissance qui s'étend alors jusqu'aux Vietnam, Laos et Thaïlande actuels. Angkor Vat, le célèbre temple-montagne et ses cinq tours, fut d'abord bâti par le roi Suyavarman II pour honorer l'incarnation du dieu Vishnou. Jayavarman VII, fils de Suyavarman II, fut indéniablement le plus grand bâtisseur et visionnaire spirituel du Cambodge de 1181 à 1218.

Dès son accession au trône, il redessine le plan de la capitale, remettant en état les structures défaillantes, les complétant par des nouvelles constructions, élaborant le tout dans un ensemble harmonieux. Il délimite, au moyen d'une imposante muraille en latérite bordée de douves extérieures, une vaste zone, qui va devenir la capitale symbolique et spirituelle du pays : Angkor Thom. Cette dernière, qui comprenait déjà, entre autres, le Palais Royal et le Baphuon, va s'enrichir d'un nouveau temple au milieu de la ville, et qui est son pivot central : le Bayon ou le temple-montagne de Jayavarman VII. Les plus beaux édifices qui firent la gloire de la cité voient le jour sous son règne. Enchâssé dans un écrin de forêt majestueuse, Angkor dévoile l'un des sites archéologiques les plus fascinants au monde. Dans le premier quart du XIIIe siècle, après la mort de Jayavarman VII, l'héritage laissé par 400 ans de rayonnement permet à la population d'Angkor de prospérer tout le long du siècle. En 1296, Tcheou Ta Kouan loue la splendeur de la capitale dans une longue note riche en renseignements, qui permet de comprendre les enjeux de l'époque. Toutefois, se contentant de maintenir sans grand enthousiasme la cité en l'état, sans envisager une extension ou des constructions nouvelles, à la gloire de quelque divinité, le déclin du site se profile.

La vie de la cour se déroule à l'intérieur de la cité conçue par Jayavarman VII autour des rois successifs qui se contentent de réparer ou d'apporter des additions, des modifications mineures aux structures déjà existantes, sans être initiateurs de projets grandioses comme cela fut le cas précédemment. Les attaques répétées lancées contre Angkor par l'armée siamoise pendant les XIVe et XVe siècles signent le déclin de l'empire. L'harmonie entre croyances religieuses et l'édification de bâtiments spirituels battent de l'aile. En quittant Angkor en 1432 après le dernier siège siamois, la monarchie Khmère laisse derrière elle une cité à la civilisation agonisante. C'est vers la fin du règne d'Ang Duong dans les années 1850, qu'Angkor commence à prendre de nouvelles dimensions dues à l'ouverture du pays aux nations occidentales. Henri Mouhot, naturaliste français envoyé en expédition par la British Royal Geographic Society, fut le premier Occidental à faire connaître, en 1863, les merveilles d'Angkor à un large public international.

Époustouflé devant tant de beauté, il ouvre la porte de la cité perdue. Peu de temps après, un ethnologue allemand, Adolf Bastian, s'évertue à comprendre Angkor d'un point de vue scientifique, comparant les temples aux modèles architecturaux indiens.

"Depuis des archéologues passionnés travaillent à la réhabilitation du site, à son entretien et à la découverte de nouveaux éléments architecturaux de cette cité, lieu de culte religieux et bouddhiste, nourrie de multiples légendes, classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1992. "

VISITE À ANGKOR
Siem Reap, la ville la plus proche d'Angkor est à seulement 7 km de la cité perdue et des temples. Elle possède un aéroport international. Il est également possible d'atteindre Siem Reap, par bateau, ou par bus, depuis Phnom Penh. Une fois arrivé sur le site laisser vous séduire par l'ambiance particulière qui y règne.

Cet immense complexe de 400 km² est le plus grand ensemble de monuments religieux au monde. Et l'un des plus visités. Même si vous risquez de jouer un peu des coudes à Angkor Vat, le plus grand et plus majestueux des temples du complexe, vous pourrez aisément vous retrouver, dans des temples plus isolés, seuls au milieu de ruines enchevêtrées dans les racines d'arbres centenaires, en pleine méditation spirituelle et seul au monde. S'il est possible de prendre un billet pour une journée qui vous coûtera 20 dollars, pour tout visiter , et pour vous imprégner de ce site grandiose et inoubliable, il vous faudra au grand minimum deux jours .

Le forfait de 3 jours coûte 40 dollars et vous permet de profiter sereinement du site, en vous restaurant sur place, en vous promenant à l'arrière d'un tuk tuk, moyennant 10 dollars la journée, et en observant la faune et la flore aux alentours des édifices. Il existe également un forfait de 7 jours qui permet de visiter des temples plus reculés et hors du site proprement dit. Une expérience en dehors de la horde touristique. Angkor s'explore, sa visite ne se bâcle pas, elle recèle tant de trésors que certains y reviennent.

Appréciez l'architecture et la quiétude des lieux et les effluves de la civilisation Khmer, prenez votre temps.

Merveilles du monde » Cité perdue d'Angkor