Chutes d'Iguaçu ( Merveilles du monde ) Merveilles-monde.com   |  Ajouter aux favoris
Merveilles du monde
Merveilles du monde » Chutes d'Iguaçu

Chutes d'Iguaçu

Les chutes d’Iguaçu sont situées à cheval entre l’Argentine et le Brésil. En plein cœur de la forêt tropicale, elles furent classées au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1984 et constituent une merveille de la nature.



Historique :
Les chutes, qui présentent la physionomie de 275 cascades, tiennent leur nom de l’Indien guarani, qui signifie « grandes eaux ». En travers de la rivière éponyme, elles déversent chaque seconde 6 000 tonnes d’eau dans un fracas ahurissant. Elles sont à 80 % sur le territoire argentin et 20 % au Brésil et s’étendent sur quelque 3 km de long. De chaque côté de la frontière, elles sont protégées par un Parc National, qui veille à ce que les écosystèmes et la biodiversité de la région soient respectés malgré la grande affluence qu’elles suscitent. Plus de 250 000 hectares de forêt sont donc préservés, tandis que la zone reçoit chaque année 5 millions de visiteurs.

L’une d’entre elles se distingue par sa hauteur de 80 m, la Garganta Del Diablo. L’on compte 19 chutes principales, qui présentent notamment une structure en escalier, conséquences des coulées basaltiques qui eurent lieu sur le site il y a des millénaires. D’apparence spectaculaire, les chutes appartiennent à l’imaginaire collection de toute cette région. Une légende indienne raconte qu’elles naquirent d’une histoire d’amour, d’enlèvement et de colère des Dieux, qui précipita ici le destin d’une future sacrifiée et d’un valeureux guerrier. Le premier Occidental à les découvrir fut le conquistador espagnol Alvar Nuñez Cabeza de Vaca, le 31 janvier 1542.

Explorateur de la future Amérique du Nord et du Mexique, où il fut prisonnier des Indiens durant 8 ans, il entreprend sa deuxième expédition en s’avançant sur les territoires du Brésil. En remontant le fleuve avec les tribus Guaranis, il découvre grâce à eux le site fabuleux des cataractes. Dès la fin des années 1800, les chutes donneront déjà l’occasion de visites touristiques, depuis les villes les plus proches. Un intérêt qui ne fera que s’accroître, et nécessitera rapidement des aménagements pour se frayer un chemin dans la jungle. L’empreinte des Guaranis est toujours très présente sur le parcours qui mène aux chutes.

2 000 espèces de plantes, 400 espèces d’oiseaux, une multitude de mammifères et d’invertébrés vivent ici des jours heureux. Les deux gouvernements gèrent l’espace conjointement et dans un même état d’esprit. Une attention particulière est donnée à la protection, même si la déforestation, les projets hydroélectriques et le tourisme menacent l’harmonie qui règne ici. Le classement au Patrimoine de l’UNESCO permet de veiller et de sauvegarder, dans la mesure du possible, son intégrité. Depuis les deux pays, les chutes offrent un panorama exceptionnel dans un éternel nuage de vapeur d’eau.

Disposées en demi-cercle et dans un bruit ahurissant, les chutes d’Iguaçu entre Brésil et Argentine, déversant des tonnes d’eau en un bouillonnement permanent, constituent une des merveilles de la nature.

Classées comme les chutes les plus remarquables au monde, les cataractes d’Iguazu sont répertoriées loin devant les Niagara Falls. Un site enchanteur et dépaysant.

Visite :
Les chutes d’Iguaçu se visitent depuis le Brésil ou depuis Argentine, même si une grande partie de leur superficie se trouve en Argentine. La plaisanterie locale entre les deux pays revient à dire que les Argentins fournissent les chutes et les Brésiliens la vue pour les admirer. Mais les émotions et l’effet saisissant qu’elles produisent sont identiques de part et d’autre de la frontière. Le point de départ est donc le plus souvent uniquement choisi en fonction du pays que l’on traverse ou visite. Pour les deux, les chutes constituent une excursion incontournable.

Le point de départ pour les chutes au Brésil est Foz de Iguazu, et Puerto Iguazu pour l’Argentine. Il est possible de dormir sur place et de se rendre aux chutes pour la journée, seule ou en groupe. Comme partout pour éviter la foule à l’entrée du site, il est préférable d’acheter en avance les billets sur le Net. L’intérêt est le même et le spectacle aussi éblouissant d’un côté comme de l’autre, au sein des parcs nationaux qui les protègent et qui sont aménagés pour le plus grand bonheur des touristes.

Dans un décor tropical où la luxuriance est déjà impressionnante, elles surgissent soudain au détour de la forêt alors qu’on les a déjà entendues gronder de bien plus loin. Des passerelles sont installées partout offrant plus de 1 500 m de promenade et des points de vue à couper le souffle, et où croiser quelques animaux et plantes plus ou moins étranges. Pour saisir l’atmosphère qu’il règne ici, la visite aux chutes peut être complétée par une randonnée dans l’un des parcs, afin d’y observer la biodiversité des espèces assez abondantes, notamment côté Argentin.

Un détour s’impose à l’île San Marin, que l’on peut rejoindre en bateau avant de s’approcher de la Garganta Del Diablo. Les promenades nautiques sont nombreuses autour des chutes, frisson et arrosage garantis, alors que certains s’essaient au rafting dans les zones autorisées. Balade en hélicoptère, en embarcation ou simple observation depuis les ponts suspendus ou la terre ferme, chacun trouve le voyage aux chutes qui lui convient le plus. Contrairement aux idées reçues, la fréquentation est correctement dispatchée pour éviter l’effet cohue.

Les chutes d’Iguaçu proposent des paysages époustouflants avec la possibilité de passer la frontière pour les admirer tant du côté du Brésil que de l’autre, en Argentine.

Merveilles du monde » Chutes d'Iguaçu